Le Calvaire

Le Calvaire

La Croix de mission, communément appelée Calvaire, a été élevée sur le site le plus escarpé de la commune. Cette croix n’a connu que des malheurs. Elle fût bénite le 25 octobre 1908. Le mercredi saint de l’année 1947, suite à une tempête, elle s’écroula et ne fût relevée qu’en octobre 1949. Quinze jours plus tard, elle était de nouveau renversée par la tempête. Redressée le 24 octobre 1951, elle faisait la joie du recteur : « Allez vers le Colé, écrivait-il et retournez-vous à mi-côté, le spectacle est religieusement consolant. Vous voyez en enfilade l’église, le presbytère, le couvent, au-dessus l’école chrétienne à côté du calvaire« .

En janvier 1990, la voilà de nouveau à terre, avec ses onze mètres de haut, elle avait trop d’emprise au vent. De plus, le bois était pourri. Bénévoles et artisans du village décident alors d’abattre un cyprès né a quelques mètres du Calvaire et le laisse sécher jusqu’en février 1993. En mars de cette même année, la jolie croix actuelle avec son christ de plus de cent kilos est redressée pour la troisième fois. L’inauguration a eu lieu le 04 avril 1993, le dimanche des rameaux.

Les artisans (de l’époque) de la commune, ont participé à remettre debout la croix. Gérard Lantrin, le charpentier a débité une jolie croix en trois parties. Ce bois a été traité à cœur par autoclave, dans un établissement spécialisé du Roc-Saint-André. Marcel Etienne, le forgeron lui a adjoint une armature métallique, également traitée. Emile Thomas, le maçon, est venu perforer et sceller un socle métallique sablé. Il restait à Jo Dréano, le sculpteur granitier et artiste à repeindre l’imposant Christ de plus de 100kg.